Collection Archaeology of the Maghreb – Parution du volume 2 : « Rougga I. Le forum et ses abords » sous la direction de M. Euzennat et et H. Slim

© Archaeopress, Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France) et Institut National du Patrimoine (Tunis), 2020.

Consulter et télécharger gratuitement l’ouvrage dans son intégralité ici.

Le deuxième volume de la collection Archaeology of the Maghreb/Archéologie du Maghreb/اثار المغرب  vient de paraître aux éditions Archeopress.

Intitulé Rougga I. Le forum et ses abords (fouilles 1971-1974), sous la direction de Maurice Euzennat† et Hédi Slim†, par Roger Guéry†, Gilbert Hallier† et Pol Trousset, avec les contributions de Michel Bonifay, Claudio Capelli, Danièle Foy, Jean-Marie Lassère†, Georges Souville† et Lucy Vallauri. Il comprend une préface de Fathi Bejaoui, Directeur de Recherche et ancien Directeur Général de l’Institut National du Patrimoine de Tunis, et une postface de Pierre Gros, Membre de l’Institut.

Situé en Byzacène, à 12 km au sud-est de Thysdrus/El Jem, le municipe de Bararus/Henchir Rougga est connu pour ses grandes citernes d’époque romaine signalées depuis le XVIIIe s. et pour la découverte en 1972 d’un trésor de monnaies d’or byzantines publié en 1982 dans le volume III de la monographie générale du site. Ce volume I, rédigé pour l’essentiel au début des années 90, rend compte du résultat global des fouilles menées à l’emplacement du forum, de 1971 à 1974, par la mission tuniso-française sous la direction de Maurice Euzennat† et Hédi Slim†. L’ouvrage comprend trois parties : tout d’abord, une présentation générale du site par les deux chefs de mission et Pol Trousset ; ensuite, une description de la stratigraphie du forum et du mobilier qui en provient, par Roger Guéry† avec la collaboration de divers spécialistes ; enfin, une étude architecturale extrêmement précise des différents éléments qui composent le centre monumental de la cité : citernes, platea et portiques, xyste et temples, par Gilbert Hallier†. Ces travaux permettent de mieux appréhender la place du municipe de Bararus au centre d’une riche région agricole qui a laissé les traces de cadastration parmi les mieux conservées d’Afrique. Ils mettent en évidence sa longue durée d’occupation, du IIIe s. av. J.-C. (avec quelques traces antérieures remontant à la Préhistoire) jusqu’au XIe s., et l’originalité des partis architecturaux qui ont présidé à la construction de son centre monumental à l’époque flavienne, ses transformations au IIe s. et son abandon à l’époque byzantine.

Ouvrage publié avec le concours de l’Institut français de Tunisie et du programme TRIADS-Tunisia (Programme Investissements d’Avenir, Initiative d’Excellence d’Aix-Marseille Université – A*MIDEX, AMX-MED-012).

En version imprimée (ISBN 9781789698251) et en ligne open access (ISBN 9781789698268). 488 pages, 214 figures, 54 tableaux.

© Archaeopress, Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France) et Institut National du Patrimoine (Tunis), 2020.

En savoir plus sur la collection.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.