Soutenance de thèse de Fabricio Ducati – 11 décembre 2020

Fabrizio Ducati, en cotutelle entre l’Université de Palerme et Aix-Marseille Université, soutiendra publiquement sa thèse intitulé “Aspects typo‐chronologiques et archéométriques de la céramique africaine dans le territoire de Cignana (Naro, AG, Sicile)” le vendredi 11 décembre 2020 à 14h00 en visioconférence.

Le jury sera composé de :

  • M. Michel BONIFAY (AMU), Directeur de thèse ;
  • M. Aurelio BURGIO (Université de Palerme), Directeur de thèse ;
  • Mme Chiara PORTALE (Université de Palerme), Examinatrice ;
  • M. Johannes BERGEMANN (Universität Göttingen), Examinateur ;
  • M. Tomoo MUKAI (Aix-Marseille Université), Examinateur ;
  • M. Sami BEN TAHAR (Institut National du Patrimoine de Tunisie), Examinateur ;
  • M. Jean-Christophe SOURISSEAU (Aix-Marseille Université ), Invité ;
  • Mme Simonetta MENCHELLI (Université de Pise), Invité.

Le projet de recherche porte sur l’étude des céramiques africaines importées en Sicile entre la fin du Ier et le VIIe siècle apr. J.-C. La recherche s’est appuyée sur un ramassage intensif  – toutes catégories céramiques confondues – effectué par l’équipe palermitaine pendant les prospections archéologiques aux alentours de la villa romaine de Cignana (Agrigente) et dans l’arrière-pays de Termini Imerese (Palerme). L’approche pluridisciplinaire archéologique et archéométrique, menée avec la collaboration de plusieurs spécialistes de ces disciplines, a permis de définir l’origine des différentes productions identifiées et de réfléchir sur leur circulation en Sicile, dans un cadre micro-régional. Ceci nous permet de mieux comprendre l’évolution des échanges économiques entre les deux provinces et de restituer les probables routes maritimes et circuits commerciaux.

Les résultats permettent de suivre les fluctuations du commerce entre les deux régions de Sicile et l’Afrique du Nord pendant plus de sept siècles, en soulignant les similitudes et les différences. En particulier, la côte nord de Sicile reste parfaitement insérée dans le courant du grand commerce méditerranéen jusqu’au IVe siècle, alors que certaines zones du Sud enregistrent un manque de donnée difficile à expliquer. Au contraire, le Ve siècle voit un renforcement du commerce circulaire dans le détroit de Sicile qui se poursuit pour une partie du siècle suivant. Enfin, la seconde moitié du VIIe marquerait l’apparente fine des importations africaines même à Cignana. Est-ce que nous pouvons considérer cette donnée comme fiable ? De nouveaux indices permettent d’envisager la poursuite des contacts même après cette date.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.