CHANTIER ÉCOLE de THAENAE

Thaenae, fouille de l’enclos funéraire près de la porte de Tacape.

Le chantier école de Thaenae/Thyna est coordonné par M. Ammar Othman (INP), M. Salem Mokni (Univ. Sfax), Mme Solenn de Larminat (Aix-Marseille Université) et Mme Meriem Sebaï (Univ. Paris I).

Le concept développé dans le cadre de ce partenariat qui associe l’Institut National du Patrimoine, l’Université de Sfax, Aix Marseille Université et l’Université de Paris I est celui d’un chantier école poursuivant un triple objectif de formation, de recherche et de valorisation sur un des sites archéologiques majeurs de Tunisie, encore mal connu.

Le projet de formation comprend plusieurs volets :

  • Documentation : dépouillement des archives inédites sur Thaenae dans un double but d’inventaire et de valorisation de la documentation archéologique par l’étude des archives (fonds Poinssot à Paris et M. Fendri en Tunisie) et le réexamen avec les étudiants des collections du musée de Sfax (monnaies, urnes, céramique, verre) : le musée conserve une grande partie du matériel issu des fouilles réalisées sur le site de Thyna depuis la fin du XIXe siècle.
  • Terrain : réinterprétation, dans le cadre d’un stage de fouille annuel, débuté en 2017, des structures dégagées anciennement dans le secteur de la porte de Tacape, afin d’étudier les relations stratigraphiques entre le rempart, un enclos funéraire inclus dans le périmètre urbain et la zone d’ateliers limitrophe et de dater ces différents éléments.
    • La chronologie du rempart et l’évolution urbaine est abordée directement par des sondages stratigraphiques au pied des fondations et par la fouille du remblai de construction d’une de ses tours.
    • L’étude de l’enclos et de son mausolée permet d’initier les stagiaires à l’archéologie funéraire et à l’étude du bâti en raison des élévations importantes conservées.
    • Enfin, les zones d’ateliers d’amphores sont prospectées avec des méthodes classiques et archéométriques (magnétomètre à protons).

En toutes circonstances, les étudiants sont invités à réfléchir à la stratégie de la fouille, à prendre en charge toute la documentation (fiches d’US, relevés en plan et en coupe, photographies, photogrammétrie) et à organiser la sécurité du chantier.

  • Étude du mobilier archéologique : le mobilier archéologique est traité sur le site par les étudiants, concomitamment aux travaux de fouille. Cette formation comprend toutes les phases du travail du céramologue : lavage, marquage, tri, inventaire, statistiques, dessin technique, photographie, observation des pâtes, ainsi qu’une initiation à la numismatique.
  • Initiation à l’archéométrie : dans le cadre de stages de formation du Chantier-école tuniso-français en archéologie, les étudiants ont suivi une initiation à la géomorphologie, à la paléoécologie, à la prospection géophysique et aux analyses géochimiques des matériaux. Ces deux dernières disciplines ont été appliquées sur le terrain à la délimitation des ateliers d’amphores et à la caractérisation de leur production.
  • Travaux universitaires : le chantier-école de Thaenae suscite une série de travaux universitaires menés par des étudiant(e)s tunisien(ne)s et françai(se)s : deux thèses de doctorat en cotutelle entre Sfax et Aix-Marseille et quatre Masters en codirection (avec Aix-Marseille et Paris 1).
  • Mobilités vers la France : initiées dès 2014 par l’accueil d’étudiants de Sfax sur les chantiers de fouilles de Paris 1, ces mobilités, ouvertes également aux enseignants et aux chercheurs et conservateurs de l’INP, se sont multipliées à partir de 2018 dans le cadre de projets Erasmus+ et PHC-Utique, notamment vers Aix-Marseille Université.

Le projet a obtenu pour 2019-2021 le financement d’un programme PHC Utique « Évolution du paysage urbain de Thaenae : rempart, espaces funéraires, ateliers d’amphores »

Il bénéficie également du concours des partenaires suivants :

– Tunisie : Institut National du Patrimoine, Université de Sfax (Faculté des Lettres et Sciences Humaines), Laboratoire d’Études et de Recherches Interdisciplinaires et Comparatives (LERIC) ; Laboratoire Maghreb Arabe : Omrane pluriel ; Maison du Maghreb des Sciences de l’Homme (MdMSH).

– France : Institut Français de Tunisie (IFT), Direction des Relations Internationales d’Aix Marseille Université (AMU), Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Université de Paris I.

Pour suivre le projet :

 

Axe Transversal histoire et archéologie du Maghreb ancien