Historique

Les liens académiques entre l’Université d’Aix-Marseille et ses partenaires au Maghreb sont très anciens.

Les laboratoires d’archéologie de la MMSH, en particulier le CCJ et le LAMPEA, sont, tout comme l’IREMAM, les héritiers du Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne (CRAM), créé à Aix-en-Provence en 1962. Ces équipes ont compté en leur sein des figures éminentes de l’archéologie postcoloniale au Maghreb : Paul-Albert Février, Professeur à Alger et Inspecteur des Antiquités d’Algérie de 1962 à 1968, et Gabriel Camps, directeur du Musée National d’Ethnographie et de Préhistoire du Bardo de 1962 à 1969.

Le CCJ et le LAMPEA, ainsi que l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA) et le Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M) ont pris part (en codirection ou sous forme de contribution) depuis plus de 50 ans à de nombreux programmes archéologiques : au Maroc (recherches sur l’Epipaléolithique de l’Atlas marocain, fouilles de Zilil/Dchar Jdid) ; en Algérie (études sur Caesarea/Cherchell, mission à Lambèse et fouilles préventives de la place des Martyrs à Alger) ; en Tunisie (fouilles de la colline de Byrsa dans le cadre du programme UNESCO de Carthage, fouilles du forum de Rougga, des fabriques de salaisons de Nabeul, de la nécropole de Pupput, du sanctuaire de Jebel Oust, des basiliques chrétiennes de Sidi Jdidi, du palais fatimide de Sabra al-Mansûriya) ; en Libye (fouille du fort romain de Bu Njem, relevés des remparts d’Apollonia de Cyrénaïque, fouilles des Thermes du Levant à Leptis Magna). Le CCJ et le LA3M se sont en outre forgé une solide réputation internationale dans le domaine de la céramologie punique, romano-africaine et islamique.

Au travers de ces quatre équipes, la MMSH a noué au fil du temps un réseau très dense de collaborations au Maghreb et ces liens ont perduré avec la formation et l’encadrement conjoint de doctorants issus des deux rives de la Méditerranée. En outre, la MMSH publie depuis 1966 une revue entièrement dédiée à l’archéologie du Maghreb ancien, Antiquités africaines, et possède d’importants fonds documentaires qui contribuent au rayonnement d’AMU au sein de la communauté des africanistes.

Aix-Marseille Université (AMU) a su créer à Aix-en-Provence un environnement scientifique particulièrement favorable au partenariat avec la rive sud de la Méditerranée : par le regroupement en 1997 des laboratoires d’archéologie au sein de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) ; par la proximité des laboratoires de la Technopole Arbois-Méditerranée (CEREGE, IMBE), également engagés dans des programmes de recherche et de formation au Maghreb ; et, tout récemment, par la création du nouvel Institut d’Archéologie Méditerranéenne (ARKAIA).

Depuis 2016, AMU et la MMSH ont souhaité renouveler leur partenariat avec le Maghreb dans le domaine de l’archéologie sur de nouvelles bases, par :

  • la signature de conventions cadres de partenariat scientifique, permettant de renforcer son assise juridique ;
  • la mise en place de programmes de formation-recherche-valorisation, à la demande de nos partenaires du Maghreb.

Le programme ATHAr est né en 2019 de cette dynamique conjointe.

Axe Transversal histoire et archéologie du Maghreb ancien