Paléoécologie

Cours sur la paléoécologie à Sfax, 2019 (V. Andrieu-Ponel).
  • Étude de l’environnement végétal et de son évolution sur la longue durée.

Intervenant : Valérie Andrieu-Ponel (IMBE)

Maroc :

  • à la carrière Thomas, datée de 1,1 Ma, dans la région de Casablanca au sein du programme de recherche franco-marocain Préhistoire de Casablanca (INSAP, Univ. Montpellier 3, MEAE) et financé par le LabEx Archimede. Les premières analyses montrent que les Homo erectus vivaient dans un environnement aride dominé par une steppe à Composées, Poacées et Chénopodiacées. De nouvelles analyses polliniques seront menées sur des coprolithes datées de 800 000 ans et de nouveaux prélèvements sous la direction de David Lefèvre (Univ. Montpellier 3) et Jean-Paul Raynal (Univ. Bordeaux 1).
  • Sur les plateaux arides, au sud d’Oujda, où une étude multidisciplinaire (sédimentologie, géochimie et biologie) a été menée sous la direction de Bruno Depreux (Univ. Montpellier 3). Entre 8000 et 8400 ans BP, un coup de froid brutal accompagné d’une forte sécheresse se produit. C’est la première fois que cet événement est enregistré en Afrique du Nord, à une aussi basse latitude, qui se traduit à travers les analyses polliniques par un élargissement de la steppe à Chenopodiacées.

Tunisie :

  • Activités pédagogiques dans le cadre du :
    • Chantier-école tuniso-français en archéologie (stages 2019-2 et 2019-3) ;
    • Master recherche “Biodiversité” de l’Université de Sfax (Faculté des Sciences) : depuis 2010, deux fois par an (automne pour le M2, printemps pour le M1), enseignement entre 30 et 60 HETD en Ecologie (écologie et paléoécologie insulaires vs civilisations : les Canaries, la Corse, Ste Hélène et le Groenland) et en Paléoécologie/Paléoenvironnement (concepts, méthodes, études de cas). Depuis la crise sanitaire de 2021, cet enseignement se fait à distance.
  • Activités de recherche dans le cadre du :
    • projet A*Midex TRIADS (WP2 : fouille des urnes du musée archéologique de Sfax) ;
    • projet « travertins » dont le but est de reconstruire les végétations (et les climats) à l’Aquitanien, entre 23 et 21 Ma, au moment où le climat bascule d’un climat tropical humide à un climat tropical sec en raison du refroidissement global du climat généré par la mise en place d’une calotte glaciaire en Antarctique. Ce travail est effectué avec l’ENIS (Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax) pour l’étude géologique des travertins, et l’ISEM de Montpellier (S. Fauquette) pour la reconstruction climatique. Les travertins sont ceux qui se sont formés le long de la faille majeure reliant Gafsa à Tataouine.

Axe Transversal histoire et archéologie du Maghreb ancien

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search