Thaenae, Tunisie

Le chantier école de Thaenae/Thyna est coordonné par M. Ammar Othman (INP), M. Salem Mokni (Univ. Sfax), Mme Solenn de Larminat (Aix-Marseille Université) et Mme Meriem Sebaï (Univ. Paris 1).

Le concept développé dans le cadre de ce partenariat qui associe l’Institut National du Patrimoine, l’Université de Sfax, Aix Marseille Université et l’Université de Paris I est celui d’un chantier école poursuivant un triple objectif de recherche, formation et valorisation sur un des sites archéologiques majeurs de Tunisie, encore mal connu.

Problématique de la recherche

Thaenae, l’antique Henchir Thina, se situe sur la côte est du littoral tunisien, à une douzaine de kilomètres au sud de Sfax marque l’entrée du golfe de la petite Syrte. Ancienne cité punique, elle passe sous domination numide après la chute de Carthage en 146 av. J.-C. puis devient romaine en 46 av. J.-C. Cette commune pérégrine fut élevée au rang de colonie au IIe s. de n. è., probablement sous Hadrien. Des textes mentionnent la présence d’évêques jusqu’en 649. Le site présente donc une longue occupation jusqu’à son abandon à partir du milieu du VIIe, suite aux conquêtes arabes.

Le site archéologique occupe une plaine littorale exempte de constructions modernes, à l’exception d’un phare et d’une petite zone militaire. Les premiers dégagements, sous la forme de sondages, eurent lieu entre 1892 et 1910 par l’armée française puis en 1948-1949 sous la direction de M. Fendri alors directeur du musée de Sfax. Les recherches ont été ensuite poursuivies par Mme Nabiha Jeddi (INP).

La ville romaine de Thaenae subit dans l’Antiquité tardive une transformation spectaculaire de son paysage urbain. En effet, à une date encore mal déterminée (IIIe s., IVe s. ?), elle se dote d’une enceinte longue de près de 3 km, munie de 84 tours et percée de trois portes, dont le périmètre est plus étendu que celui de la ville du Haut-Empire. Rare exemple en Tunisie de ville antique pourvue d’une enceinte, gisement archéologique encore très peu exploré idéalement situé à proximité de la deuxième ville du pays, la cité de Thaenae suscite un triple questionnement sur la date précise de la construction de son rempart, le devenir de ses espaces funéraires et le déplacement de ses activités artisanales suburbaines.

L’objectif du projet est d’étudier l’évolution du paysage urbain de l’antique Thaenae. Le rempart doit être daté de manière précise et mis en relation avec le tissu urbain et les zones funéraires car, comme il a été dit, il délimite un espace plus important que le tissu urbain primitif, englobant ainsi une partie des nécropoles. Ce cas de figure est exceptionnel pour l’ensemble de la Méditerranée occidentale où les remparts du IIIe-IVe siècle réduisent généralement l’espace urbain et laissent toujours en-dehors la cité des morts. Par l’étude des ateliers d’amphores, il conviendra également de se demander si le développement économique de la ville de Thaenae et plus largement de la région de Byzacène méridionale peut expliquer cette extension du tissu urbain.

L’étude de l’évolution du paysage de la ville antique de Thaenae prend donc une valeur paradigmatique pour l’étude du développement urbain et économique de l’Afrique romaine dans l’Antiquité tardive.

Sur l’aspect formation, voir l’onglet Thaenae : chantier-école archéologique tuniso-français.

Financements

Le chantier école archéologique de Thaenae/Thyna bénéficie d’un cofinancement franco-tunisien de la part des partenaires suivants :

– Tunisie : Institut National du Patrimoine, Université de Sfax (Faculté des Lettres et Sciences Humaines), Laboratoire d’Études et de Recherches Interdisciplinaires et Comparatives (LERIC) ; Laboratoire Maghreb Arabe : Omrane pluriel ; Maison du Maghreb des Sciences de l’Homme (MdMSH).

– France : Institut Français de Tunisie (IFT), Direction des Relations Internationales d’Aix Marseille Université (AMU), Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Université de Paris I.

Par ailleurs, le projet a obtenu pour 2019-2021 le financement d’un programme PHC Utique « Évolution du paysage urbain de Thaenae : rempart, espaces funéraires, ateliers d’amphores » porté par Aix Marseille Université, l’INP, l’université de Sfax et l’université de Paris I.

Thaenae, visite de M. Olivier Poivre d’Arvor, Ambassadeur de France en Tunisie.

Axe Transversal histoire et archéologie du Maghreb ancien